Pourquoi la fin du monde n’est pas pour demain

temple mayaParce qu’en finance comme ailleurs, on sait qu’une rumeur bien orchestrée peut se transformer en prophétie auto-réalisatrice, il est important d’enquêter en profondeur sur les bruits de couloir pour mieux anticiper les marchés… D’autant plus quand la rumeur en question concerne la fin du monde!
Pour mener à bien une enquête, on peut se mettre devant son ordinateur et lire tout ce qu’on trouve sur la toile sur ce thème; mais comme chacun sait, plus le sujet est vaste, plus les théories abondent; et en tout logique; plus il y en a et plus celles-ci divergent. Dans ce genre de cas, il convient de remonter aux origines pour connaître l’essence de l’histoire. Je me suis donc rendu au Mexique, au coeur d’un village Maya pour établir l’origine de ces dires.

Encore une fois, les médias ont mené une vaste campagne de désinformation en vue de dynamiser les ventes et d’adosser diverses campagnes marketing à cet évènement.
En réalité, les mayas n’ont jamais parlé de fin du monde, mais simplement de fin de cycle.
En effet, ils découpaient le temps en différents cycles plus ou moins long, à la fin desquels il se passe certaines choses: bonnes, mauvaises ou neutres.
Il se trouve que le 21 décembre 2012 marque la fin de plusieurs cycles en même temps.
Les Mayas ont eu jusqu’à 17 calendriers simultanés, basés sur différents astres et pour différentes utilisations (civile, agricole, religieuse…).
Demain, nous arriverons à la fin de deux cycles importants: un de 20 ans, qui a commencé en 1992 et un autre de 1 872 000 jours qui a débuté mi août 3114 av J.C.

Pour faire un parallèle avec notre calendrier, l’évènement peut être comparable au passage à l’an 2000 qui marquait la fin d’une décennie, d’un siècle et d’un millénaire. Certains croyaient là aussi à la fin du monde quand d’autres, plus réalistes, envisageaient un grand bug… Mais concrètement, entre le 31 décembre 1999 et le 1er janvier 2000, il ne s’est rien passé de plus qu’une bonne gueule de bois de lendemain de fête.

D’ailleurs, si on prend un passage du Codex « Chilam Balam », oeuvre Maya écrit au XVIe siècle, il est écrit au sujet du 21 décembre 2012: « Pendant 5 jours le Soleil sera éclipsé, puis on le verra à nouveau. »
Il y a donc bien référence à un « après ».
Ainsi, en cette veille de 21 décembre, faisons comme les Mayas et dormons sur nos deux oreilles!

MB

 

Ce contenu a été publié dans Actualité financière. Mettez-le en favori avec son permalien.