Bien choisir ses placements pour l’année 2013

Pour faire des profits, les investisseurs d’aujourd’hui devraient se pencher un peu plus sur les actions pour ces mois à venir, plutôt que de se focaliser sur les obligations d’entreprise, selon les estimations de quelques analystes financiers
Des rendements maigres
Concernant les assurances-vie, certains comme Axa ont fait moins de 3 % de profits en 2012, alors que certains sont passés au-dessus, comme Actiplus à la Macif, à 3,15 % ou encore Winalto à la Maaf, à 3,20 %. L’on a assisté également au boom des cartes bleues gratuites et des banques en ligne.
Les investisseurs à long terme préfèrent donc les placements dont le rendement est plus conséquent. Selon Christophe Burtin, directeur général délégué de Bordier & Cie en France, ils devront prendre des risques en parallèle à ces attentes.
Les fonds obligataires ont eu un succès fou en 2012, parce que tous voulaient faire des profits. Ces fonds obligataires ont pu être « à échéance » ou « datés ».
Ces fonds impliquent l’acquisition de plusieurs obligations, à rembourser approximativement dans le même délai que les entreprises concernées, généralement après trois ou quatre ans après. Un bénéfice proche des intérêts fournis par ces titres est alors garanti, soit environ 4 % à l’année, sans les frais.
D’après Xavier Leroy, président du directoire de Quilvest Gestion, les moins-values en capital ne sont pas à craindre, même lorsque les taux sont à la hausse, tant que les investisseurs attendent la date d’échéance du fonds obligataire.
Les actions en zone euro : le grand pari
Lors de l’année 2012, les fonds obligataires sans date d’échéance ont brillé, propulsés par la baisse des taux qui ont contribué considérablement à la hausse des plus-values. Et pourtant, maigres sont les chances que le même scénario se reproduise pour l’année 2013.
Selon Anne Velot, ­responsable de la gestion crédit euro chez Axa IM, si l’investisseur fait un bon choix de titres, le fond d’obligations d’entreprise des pays de la zone euro devrait atteindre 5 ou 6 % de bénéfices. Dans le cas échéant ils seront autour de 4 % pour 2013. Il en est de même pour les obligations des pays émergents, qui devraient réaliser environ 5 % de rendements selon les prévisions de Christophe Burtin.Les actions dans la zone euro devraient avoir plus de succès, selon les gestionnaires.
Les fonds dividendes sont des fonds qui recherchent les firmes ayant une forte capacité de croissance, mais dans lesquelles un dividende conséquent doit être payé aux actionnaires de manière régulière. Ces fonds dividendes sont des placements idéaux pour les personnes qui ne souhaitent pas prendre beaucoup de risques. Même si le marché connaît d’éventuelles baisses, le rendement sera compensé. Par exemple, l’on peut être assuré que les majors pétroliers sont des valeurs qui rapportent environ 5 ou 6 % de dividendes. Christophe Burtin souligne d’ailleurs que cela est supérieur aux rendements obligataires de ces temps-ci.

Article proposé par www.banque-du-net.com pour OPVA

Ce contenu a été publié dans Actualité financière. Mettez-le en favori avec son permalien.